[✍] Amber Sketches: le début (oldskool)

[✍] Amber Sketches: le début (oldskool)

Les premières esquisses qui devint plus tard une partie de «Amber Sketches», ont été écrites dans la seconde moitié des années 90. A l’époque je étudié au Centre Theremin (Conservatoire de Moscou). Je assisté à des lections par Andrei Smirnov sur l’histoire de la musique électroacoustique.

A l’époque le studio de musique du Theremin Centre avait l’équipement suivant:

  • Atari 1040ST + Cubase;
  • Roland S-50;
  • Yamaha TG33;
  • E-mu Proteus/1;
  • E-mu Procussion;
  • et plus.

Pour avoir accès à l’équipement, il était nécessaire de justifier par écrit son projet d’avenir. Mais je eu des problèmes avec cela. Je ne pouvais pas aligner une idée claire dans ma tête, je voulais juste pour séquencer les idées que je composais plus tôt. Le problème était que, à mon avis, cette idée absolument ne ferait pas pour un projet électroacoustique sérieuse. “Je veux simplement vous asseoir et de travail” — cela ne ressemble pas comme une justification.

Mais le moment tant attendu était venu, le studio était libre, et je finalement obtenu l’accès à toute sa splendeur. Donc, je fus assis à travailler (sans aucune justification écrite) et apprendre Cubase à la volée.

Le premier opus était perdu presque instantanément. J’écoutais les premières tracks que j’avais séquencé. La nettoyeuse passait et sans avertissement désactivé le coupe-circuit dans la chambre. L’opus n’a pas été enregistré sur la disquette. Donc, il a été perdu. Je crois toujours que ce tout premier était vraiment brillant 🙂 (depuis, je sauve le projet sur lequel je travaille actuellement, toutes les cinq minutes, juste au cas où).

Puis les choses se sont améliorées. Les prochaines sessions d’enregistrement étaient tout simplement génial. Je pas eu le temps pour mes mélodies composées antérieurement parce que les nouvelles ont continué à venir à la volée dès que je touchais le clavier et choisir un nouveau patch. Il y avait tellement de nouvelles idées musicales. Je ne suis pas faire mixes finaux parce que je devais simplement pas le temps pour cela, et en fait, il était encore trop tôt pour le faire. Je copiais mes croquis musique sur bande à la fin de chaque session parce que je voulais les écouter à la maison et décider lesquels pour travailler sur en premier lieu, et ceux qui à mis de côté.

Toutefois, il est avéré que je devais reporter tout. Et pendant une longue période. (Et quand le temps avait passé, je me rendis compte que je ne pouvais plus les sessions de restauration dans leur forme originale, parce que pour certaines raisons, je perdu l’accès à tous les équipements sur lesquels les airs étaient fondées.)

Je ne pourrai jamais oublier ces sessions d’avril car pour la première fois de ma vie que je voyais les idées musicales coulent comme un flux régulier. Je devais simplement les enregistrer. Yamaha TG33 surtout contribué inspiration. Et non seulement Yamaha TG33.

Puis ce fut Juillet, et je suis tombé sur un livre par Roger Zelazny, “Les Neuf Princes d’Ambre”. Et je commençais à réaliser ce que je compose en fait au cours de ces sessions.

Certains de la musique écrite à l’époque est maintenant prêt, mixé et intitulé “Amber Sketches”.

Ce message est également disponible en: Anglais, Russe

Leave a Reply